Communautés

laïques marianistes

Coordonnées pour la Moselle

Odile VILLEROY - courriel

 

Accompagnateur spirituel diocésain : Père Joseph PENRAD

 

6 fraternités existent en Moselle : 3 Fraternités à Forbach, une à Morsbach, une à Saint Avold, une à Fareberswiller.

Une belle fête de famille

La journée des Fondateurs, organisée par les fraternités marianistes du Bassin Houiller, s’est déroulée comme prévu ce dimanche 22 janvier à 15 heures en la basilique Notre-Dame de Bon Secours à Saint-Avold. Carmen Hocevar, l'une des organisatrices de la journée nous raconte :

 

Une trentaine de personnes ont assisté à la messe célébrée par le père Joseph Penrad et animée par des membres des fraternités et des sympathisants : Jean-Marie Wack a entonné les chants avec notre fidèle Marie-Reine Vidonne au clavier. Nous avons chanté mais aussi prié à des intentions particulières en union avec les personnes absentes pour diverses raisons.

Dans la prière universelle préparée par Nicole Krivanek a été évoqué le décès des parents de Patrice Collet, membre de la fraternité de Saint-Avold, qui a perdu son père Arthur (92 ans) le 14 janvier et sa mère Gabrielle (88 ans) le 22 au matin. Nous avons également rendu grâce pour le dixième anniversaire (à un jour près) de la création de la fraternité Notre-Dame des Peuples à Farébersviller.

A l’issue de la célébration nous nous sommes rendus au foyer protestant où Marie-Claude Pétry et son équipe avaient mis en place les tables et préparé des boissons chaudes, accompagnées de délicieux gâteaux réalisés par les pâtissières des différentes fraternités pour le Kaffeklatsch (pause-café en francique mosellan).

Oui, ce fut une belle et chaleureuse fête de famille !

Le triptyque pèlerin passe en Moselle

Voici une belle présentation de ce triptyque par Rocher BICHELBERGER, membres des Communautés laïques marianistes.

 

Les religieuses marianistes ont été fondées en 1816 et les religieux en 1817 par Guillaume-Joseph Chaminade et Adèle de Batz de Trenquelléon. Plusieurs des premiers religieux sont issus d’un mouvement de laïcs suscité par Chaminade dès 1801 et leur première mission fut d’être les accompagnateurs spirituels des laïcs avec lesquels ils formaient ce que le fondateur appelait la « Famille de Marie ».

 

Religieuses et religieux fêtent en 2016 – 2017 le bicentenaire de leur fondation, fête à laquelle les laïcs s’associent tout naturellement. Car le mouvement de laïcs fondé par Chaminade existe toujours sous le nom de Communautés Laïques Marianistes ou Fraternités marianistes. Ces fraternités sont aujourd’hui une « association internationale de fidèles laïcs » reconnue par le Vatican. Association à la fois ‘autonome et interdépendante’. Interdépendante, parce que son existence est conditionnée par son appartenance à la Famille marianiste ; autonome, parce qu’appelée à exercer sa responsabilité propre, avec pouvoir de détermination, de décision et d’exécution, et ce en « union sans confusion » avec l’ensemble de la Famille (on est donc loin de toute idée de ‘tiers ordre’, voire de ‘laïcs associés’, encore que ces derniers existent en tant que tels dans les écoles).

A l’occasion de ce bicentenaire, un religieux italien, le P. Santacroce, a écrit une icône sur les noces de Cana, véritable scène fondatrice de la Famille marianiste. C’est cette scène que l’on voit au centre du triptyque que voici, avec la phrase de la Vierge qui sera la devise de la Famille marianiste : « Tout ce qu’il vous dira, faites-le ». Ce triptyque est appelé à faire le tour du monde au cours de l’année qui vient, passant de « groupe » (fraternités, écoles, communautés) en groupe marianiste. Il a tout naturellement commencé son périple dans le pays des fondateurs, la France, pour finir, en 2017, en Inde où la Famille marianiste est florissante.

 

De part et d’autre de la scène centrale, ce triptyque offre deux lettres des fondateurs. A gauche, une lettre de la Vénérable Adèle exposant les qualités et aptitudes requises des futures religieuses de la congrégation sur le point d’être fondée. A droite, une lettre du Bienheureux Chaminade au supérieur d’une des plus importantes communautés implantées dans l’Est de la France, évoquant les difficultés de l’œuvre naissante et préconisant des solutions pour chacune d’entre elles. En somme, deux correspondances des « débuts » de celles et de ceux, religieuses et religieux, appelés à être, avec et pour les laïcs, des « passeurs » de ce charisme marianiste dont nous vivons toujours. Raison pour laquelle nous aimons nous retrouver en Famille autour de cette icône-témoin de nos communes origines.

2016, Journée des fondateurs

Les fraternités de Moselle se sont retrouvées pour « la Journée des Fondateurs », le dimanche 10 janvier à St Avold : messe à la basilique à 15h suivie d’un café au Foyer Notre-Dame.

Des fraternités, pèlerins de la Miséricorde

5 fraternités, composées de laïcs, se réunissent en Moselle, une fois par mois, chez l’un des membres à tour de rôle, autour d’un animateur spirituel, qui n’est pas forcément un prêtre.

Les réunions comprennent une part de réflexion autour d’un des articles de la revue «Vie et Fraternité marianiste », suivie d’un temps de prière puis d’un temps de convivialité.

 

La spiritualité du mouvement est essentiellement mariale, mais cette année le thème est « Pèlerins de la miséricorde », thème d’année qui se décline sous un aspect particulier chaque mois :

- octobre 2015 : Pleins feux sur la famille

- novembre : Pèlerins de la Miséricorde : des défis pour notre temps

- décembre : Entrons dans l'année de la Miséricorde

- janvier 2016 : Sous le signe du dialogue

- février : La Miséricorde dans les psaumes et l’Évangile

- mars : La miséricorde, le pardon, le service, la Parole

- avril : Pèlerins de la joie et de la miséricorde

- mai : Serviteurs de la miséricorde

- juin : Donner du pain à ceux qui ont faim

- juillet-août-septembre : Disponibles pour aimer

Fondés en 1817 par le Bienheureux Guillaume-Joseph CHAMINADE à Bordeaux, les religieux marianistes sont les derniers-né d’une "Famille de Marie".

 

La Famille Marianiste est actuellement présente sur tous les continents. Les premiers (en 1800) sont des groupes de laïcs, jeunes, adultes, hommes et femmes, (aujourd’hui les CLM, Communautés Laïques Marianistes) ; ensuite (en 1809) naît l’"Etat religieux dans le monde", (aujourd’hui l’Alliance Mariale) ; puis les religieuses marianistes avec Melle Adèle de Trenquelléon (Filles de Marie Immaculée) et enfin les religieux.

 

Site national : www.marianistes.com/