Au coeur de nos fragilités, dans la maladie, le handicap, le vieil âge, comment rester digne et vivre un cheminement de foi ?

Les mouvements regroupant des personnes malades et handicapées sont : Voir ensemble (mouvement regroupant des personnes mal voyantes ou non voyantes), la Fraternité Chrétienne des Personnes malades et handicapées, et la Fraternité Saint Jean Baptiste (issu de la Croix d'Or, cette fraternité propose un cheminement de foi à des personnes malades alcooliques).

La soirée de la visite pastorale qui leur était consacrée avait pour thème : "Au coeur de nos fragilités, dans la maladie, le handicap, le vieil âge, comment rester digne et vivre un cheminement de foi ?" 

Cette soirée était aussi ouverte aux personnes de la pastorale de la santé regroupant tous les "visiteurs des malades" dans les hôpitaux, maisons de retraite mais aussi au domicile des personnes malades grâce au Service de l'Evangile pour les Malades. Des personnes extérieures à ce service étaient également présents et ont pu donner leur témoignage

 

Après un temps de prière, nous avons démarré cette soirée par un temps d'écoute : Que vivons nous dans le quotidien de nos mouvements ? Qu'est que cela nous apporte ?  Sur ce point les avis sont unanimes pour dire que faire partie d'un mouvement romp la solitude, crée des liens de fraternité et redonne du souffle pour aller de l'avant. Plusieurs personnes ont également témoigné que le Mouvement auquel ils/elles appartiennent leur permet d'affronter les difficultés de la vie avec dignité. Les différents mouvements proposent aussi des temps de ressourcement spirituels, des récollections et pelerinages.

La deuxième partie de soirée était un temps de dialogue sur les perspectives d'avenir. L'urgence est de faire connaître les mouvements partout, de mettre en valeur ce qui s'y vit pour que d'autres personnes aient envie de vivre à leur tour cette expérience. Et puis, nous avons mis en avant le partenariat nécessaire entre les visiteurs de la pastorale de la santé et les mouvements. Cela pourrait permettre à des personnes malades de vivre un cheminement sur la durée et d'expériementer la vitalité que permet l'appartenance à un groupe d'Eglise.

2011-02-22 cr santé.pdf
Document Adobe Acrobat 81.2 KB

Se ressourcer pour porter témoignage

Samedi 5 mars, Monseigneur RAFFIN avait rendez vous avec les quatre mouvements de l'action catholique générale : ACF (Action Catholique des Femmes), MCR (Mouvement Chrétien des Retraités), Partage et Rencontre, VEA (Vivre Ensemble l'Evangile Aujourd'hui). La matinée fut un grand moment d'échanges entre les membres des différents mouvements, l'occasion de découvrir ce qui les rapproche, ce qu'ils ont en commun, l'occasion aussi de partager des inquiétudes, des préoccupations pour l'avenir.

 

Le débat a mis en valeur quelques éléments, repris par Monseigneur RAFFIN :
- Comment témoigner de ce que nous vivons ? En osant une parole, en montrant ce que ça change d'être en équipe dans notre vie quotidienne.
- Comment permettre aux nouvelles générations qui nous rejoignent et qui sont loin (voire coupés) de l'Église de vivre ce cheminement de foi ? En leur proposant, sans juger, sans présupposés, en les laissant libre d'accepter ou non.
- Accompagnement spirituel : qu'est ce que nous en attendons ? Que proposer au sein d'une formation éventuelle ? Comment s'inspirer de ce qui s'est déjà vécu dans des associations ? Faire attention de ne pas copier le modèle du prêtre pour un accompagnateur laïc.
- Importance de la convivialité, du compagnonnage dans l'équipe : se soutenir les uns les autres dans la vie et dans la foi.
- La vie en équipe nous permet de nous impliquer dans l'Église et dans la société. C'est un lieu où l'on fait le lien entre notre vie et notre foi, où l'on avance vers plus de cohérence.

11-03-05 CR ACG.pdf
Document Adobe Acrobat 138.0 KB

Quelles sont nos préoccupations pour notre monde ? En quoi cela rejoint-il notre foi ?

Ce sont 10 mouvements qui avaient rendez vous le 1er avril dernier à Peltre pour un échange très riche autour de Monseigneur RAFFIN dans le cadre de sa visite pastorale aux Mouvements et Associations de fidèles.

Après des témoignages des différents mouvements sur leur pédagogie et leur actualité, les participants ont eu le plaisir de se réunir en carrefours pour découvrir ou apprendre à mieux connaître les autres mouvements. De ces carrefours sont apparues quelques pistes de réflexion :

- Des temps comme celui ci font du bien pour nous retrouver, apprendre à mieux nous connaître dans nos différences mais aussi dans ce qui nous rassemble. C'est important d'arriver à décloisonner les différents mouvements pour apprendre à s'enrichir les uns des autres, mutualiser sans perdre l'identité de chacun, se fortifier ensemble.

- Place des jeunes générations dans les mouvements, importance d'ouvrir les mouvements et se laisser déranger dans les habitudes, savoir rester « en mouvement . Beaucoup de jeunes adultes rejoignent les mouvements pour y trouver des lieux de respiration, de ressourcement et pas un lieu de militance. Il y a donc un travail d'adaptation à faire de la part des personnes anciennes dans les mouvements pour accepter ces nouvelles façons d'être.


Pour clôturer la soirée, Monseigneur RAFFIN nous a rapellé que l'un des services principaux que l'Église peut rendre à la société d'aujourd'hui c'est d'offrir des lieux où prendre du recul sur les évènements, prendre le temps de l'analyse et dépasser le simple ressenti. Nous avons ensuite prié autour d'un texte de l'ACO avant de partager un verre de l'amitié préparé par les mouvements

11-04-01 CR ACS.pdf
Document Adobe Acrobat 133.9 KB

La famille, notre trésor

Le dimanche 10 avril à Peltre, les mouvements et associations familiaux avaient rendez vous entre elles et avec le Père évêque pour une journée ... familiale bien sûr ! Cette journée avait été préparée en lien avec les Assises nationales de la Famille présentées en début de journée par Jean Louis PACOUD, membre de l'équipe de la Pastorale familiale du diocèse.

Après un temps de présentation, trois groupes se sont contitués autour de trois thématiques : le couple, l'éducation des enfants et le lien entre famille et société. Le matin était un temps de découverte mutuelle pour comprendre comment chaque association permet à ses membres de dynamiser, de vivifier leur couple, leur famille, leurs engagements. Ce temps d'échange a été très riche en découvertes mutuelles et a fait tomber quelques idées reçues.Pendant ce temps, des scouts prennaient en charge les enfants pour réfléchir avec eux sur leur famille et le regard qu'ils portent sur elle.

Après un repas partagé, les groupes se sont de nouveau réunis, cette fois autour de la question : "En quoi ce que je vis dans mon mouvement rejoint des préoccupations de l'Eglise, de la société ?". Ce second temps de partage a mis en valeur quelques convictions :

- Les temps de rencontre comme celui vécu lors de cette journée nous permettent de dépasser des idées reçues, de faire tomber les murs entre les différents mouvements. C'est aussi l'occasion de creuser des thématiques communes et de se rendre compte qu'il est plus constructif de se rassembler autour de nos points communs que de se focaliser sur les différences.

- Il faut créer davantage de liens entre ce qui se vit dans les paroisses et ce que nous vivons dans les mouvements, faire savoir la richesse, le ressourcement des mouvements et en faire profiter les communautés de paroisses : être témoins du bonheur que nous vivons en couple, en famille. Témoigner de ce que nous vivons dans les paroisses mais aussi proposer des démarches auprès des éducateurs (école, centre de loisirs ...

- Toutes les associations réflechissent sur la transmission aux jeunes générations : on ne tient probablement pas assez compte des nouvelles réalités des jeunes familles (famille éloignées, travail des deux membres du couple …)

La journée s'est clôturée par un temps de célébration eucharistique.

11-04-10 CR Famille.pdf
Document Adobe Acrobat 108.5 KB

En quoi la spiritualité à laquelle j'appartiens me permet d'unifier ma vie chrétienne et ma mission de baptisé(e) ?

Mercredi 13 avril au Foyer Notre Dame de Saint Avold, les familles spirituelles représentées dans le diocèse avaient rendez vous avec Monseigneur RAFFIN pour un temps de rencontre, de partage et de prière. La soirée a commencée par des discussions en petits groupes à partir de la question " Dans ma famille spirituelle, qu'est ce qui me ressource pour être envoyé(e) dans mon milieu familial, professionnel, d'engagements, de vie en Eglise diocésaine ?"

Ces discussions ont été la source de quelques réactions :

- C'est une grande joie de découvrir que des lieux multiples existent pour permettre à des chrétiens de prier, d'approfondir leur foi, de faire communauté avec d'autres. Malgré nos différences, nous vivons une grande communion en Jésus Christ. Découverte pour certains que tant de lieux existent. Ce sont autant de charismes donnés à l'Église pour découvrir Jésus Christ et cheminer avec lui.

- Nos groupes sont des lieux de confiance, des lieux où nous pouvons approfondir notre foi, notre vie intérieure, gagner en unité entre notre vie et notre relation à Jésus Christ

- Ce sont aussi des lieux de formation à la vie spirituelle, d'évangélisation permanente. Parmi les fruits de nos rencontres, il y a la paix intérieure, la confiance, le pardon, la vie fraternelle.

- Sur ce chemin de la vie spirituelle, il y a des niveaux différents, des étapes et nous devons respecter le cheminement de chacun, ne pas vouloir aller trop vite.La place de la Parole de Dieu est primordiale, elle est centrale pour notre ressourcement, pour toujours chercher à entendre Dieu nous parler au travers de cette Parole transmise par l'Église.

- Nous devons être plus audacieux pour oser témoigner de ce que nous vivons. Dans notre parcours, nous avons toujours été plus interpellés par un témoignage de vie que par une explication sur ce qu'est un mouvement. Comment tisser des liens avec les communautés de paroisses, faire tomber des idées reçues pour avancer ensemble ?

 

La deuxième partie de la soirée était consacrée à un temps de médiation et de prière à partir de l'évangile du jour. un moment très intense durant lequel chaque manière de prier a pu s'exprimer, tant dans l'intériorisation de passage de l'Evangile, que dans des moments de louange et de prière spontanée. Nous avons conclu autour du Notre Père et par la bénédiction du Père évêque.

11-04-13 CR Familles spirituelles.pdf
Document Adobe Acrobat 75.1 KB

Lancement de Diaconia 2013

Mardi 17 mai, les mouvements de la solidarité et le conseil diocésain de la solidarité du diocèse ont donné rendez vous largement pour le lancement de la démarche Diaconia 2013, une démarche nationale qui poursuit l'élan de Ecclésia 2007 en creusant cette fois plus particulièrement la mission de service des chrétiens. Vous trouverez davantage d'informations sur les objectifs et l'ensemble de la démarche sur le site national.

Après une présentation de la démarche, nous avons entendu trois témoignages qui ont beaucoup interpellé les personnes présentes : Jean Pierre et Henriette de l'association Zaï "Il est vivant", Sylvie et Nicole qui nous ont présenté le projet "Femmes en Mouvement" porté par les Equipes Saint Vincent, et Vanessa qui a témoigné de son engagement au CCFD Terre Solidaire. Monseigneur RAFFIN a ensuite rapellé l'ancrage de Diaconia dans la mission même de l'Eglise et dans la ligne des évènements qui ont eu lieu précédemment dans notre diocèse (le forum diocésain du 6 mars 2010, la lecture continue des évangiles, Ecclésia 57 ...). 

 

S'en est suivi un temps d'échange en petits carrefours puis en grand groupe dont voici quelques échos :

- Beaucoup de participants ont témoigné d'actions concrètes déjà mises en place un peu partout en Moselle (accueils, fête de la solidarité, vestiaire et distributions alimentaires, cours de français aux migrants ...)

- Tout le monde constate une augmentation de la précarité : familles monoparentales, travailleurs pauvres, retraités qui soutiennent eux-même leurs enfants en difficulté ...

- La démarche Diaconia peut aider au dialogue entre les personnes investies dans la solidarité et tous ceux qui, chrétiens ou non, ont peur d'oser la rencontre de l'autre différent. Les personnes présentes ont redit leur joie de servir les personnes qu'elles rencontrent. Ce service apporte à chacun (peronne aidée et personne accueillante) et doit être vécu comme une richesse partagée.

- Une attention particulière a été soulevée pour les espaces ruraux, lieux dans lesquels les difficultés sont souvent cachées, où les personnes osent peu demander de l'aide.

 

En conclusion, le Père RAFFIN nous a rapellé que tout le monde ne pourra pas tout faire mais que c'est important de ne jamais dire à quelqu'un qui vient chercher de l'aide : "Je ne peux rien faire pour vous". On peut toujours proposer un petit moment de chaleur humaine, un café, une écoute, et puis aussi savoir guider vers des personnes, des services compétents.

11-05-17-CR V.P.Diaconia.pdf
Document Adobe Acrobat 158.3 KB

La jeunesse, un impératif pour notre Eglise

Vendredi 17 juin, l'Apostolat des Laïcs et la pastorale des jeunes du diocèse avaient donné rendez vous aux enfants et aux jeunes engagés dans les mouvements et les groupes organisés sur le diocèse. Cette soirée a d'abord été une belle occasion de dépasser les apriori des uns et des autres pour apprendre à mieux se connaître, à faire Eglise ensemble.

 

Après les témoignages très riches et variés, les participants ont abordé plusieurs questions : 

- Les groupes sont structurants dans une démarche de foi : lieu de découverte d'une vie d’Église, lieux d'expérience de vie communautaire, de prière, de démarche catéchuménale, parfois en vue d'un sacrement. C'est aussi le moyen de rencontrer des hommes et femmes d’Église, des vocations différentes.. Cela renforce la question de l'accompagnement spirituel qui doit être avant tout à l'écoute de ce que les enfants et les jeunes vivent. 

- Les mouvements permettent à des enfants et des jeunes de dépasser leurs peurs, de s'affirmer dans un groupe et plus largement (vaincre sa timidité, porter témoignage …). ils sont des lieux où ils peuvent prendre des responsabilités, apprendre à devenir des chrétiens et des citoyens actifs. 

- On aurait besoin de davantage de liens entre les mouvements et avec les groupes constitués sur les communautés de paroisses, besoin de se connaître davantage, de savoir quelles sont les pédagogies des uns et des autres. Bien souvent, ce sont des prêtres, des ALP qui permettent à des groupes de naître, c'est une grande chance pour notre diocèse. Mais quid de la façon dont ils connaissent ou pas les différentes propositions déjà existantes sur le diocèse ?

Nous avons aussi précisé la fonction de la pastorale des jeunes, non pas un mouvement parmi d'autres mais un service diocésain qui puisse permettre à tous les jeunes de vivre un cheminement de foi, qu'il existe ou non des propositions de mouvements sur leur paroisse. Ce service est aussi un lieu de rencontre entre les différents personnes qui ont le souci des jeunes dans l'Église diocésaine.

11-06-17 CR Mvs éducatifs.pdf
Document Adobe Acrobat 106.0 KB